branding_blog_article_mysphere

Le personal branding, une question de définition et d’accord

Le personal branding, une question de définition et d’accord

Avoir sa marque personnelle, son personal branding, l’imposer comme on installe son image par le discours, c’est avant tout une question de définition : en d’autres termes, cela se pense bien avant de produire son effet. Il faut travailler sa propre marque pour sortir du lot, trouver en soi ce qui vous distingue et savoir le formuler, mobiliser des techniques capables de la promouvoir. Ainsi, le storytelling prend toute sa place en fondant cette marque sur un récit qui la développe, l’inscrit dans la mémoire d’un auditeur et, idéalement, marque les esprits. Vous y dévoilez vos talents parfois ignorés, les obstacles rencontrés, les rencontres et les moments vécus, en une « geste » qui vous place en son cœur. Correspondre et surprendre : le talent du raconteur est de satisfaire aux attentes autant que de les déjouer. Et cela, bien entendu, requiert une préparation soignée.

Soigner sa présentation

Les rencontres ont lieu partout, tout le temps : au bar du coin, lors d’un dîner de famille, dans votre immeuble… Savoir se présenter en toutes circonstances et ne pas être pris au dépourvu est donc impératif, qu’il s’agisse de s’introduire à l’écrit ou à l’oral. La présentation n’est pas le moment de la recherche, du tâtonnement. Même si l’on veut garder sa spontanéité, le naturel s’aide aussi de l’habitude. Pour mettre toutes les chances de votre côté, savoir se présenter en 2 ou 3 minutes, pas plus, est un talent qui se travaille – et  s’apprécie. De l’art du « pitch », qui emprunte autant aux techniques publicitaires qu’à la littérature, et fait par exemple les grands producteurs, capables d’emporter l’adhésion autour d’un projet de film en quelques instants, et d’ouvrir les bourses des financiers. C’est aussi ça, les retombés du personal branding.

Faire preuve d’enthousiasme

Préparez un pitch concis, pertinent, qui vous décrive en mêlant votre parcours, vos aspirations et votre situation actuelle. L’idée n’est pas de faire une liste ou un plan en trois parties avec sous-parties : c’est de préparer un speech bref et efficace qui soit aussi et surtout une histoire personnelle, alimentée par des éléments factuels et quelques anecdotes bien senties. L’idée est de produire une histoire vivante, humaine, pas une description figée et scolaire qui ne donne qu’une envie à l’interlocuteur, vous interrompre. Le portrait sera la toile de fond, mais il faudra se mouvoir devant cette toile, et cette manière de vous raconter, la forme que vous imprimerez à votre récit, sera au moins aussi essentielle pour dire qui vous êtes. Rappel à toutes fins utiles : l’emballage est essentiel pour emballer. Se montrer enthousiaste, dynamique, sans perdre son naturel, est une donnée fondamentale de la séduction opérée par le discours. Le personal branding est donc, on pouvait s’y attendre, un enjeu tant de fond que de forme.

Une approche qui accroche

On peut invoquer l’effet d’une bonne entame, voire d’une punchline, selon le contexte : vous chercherez en réalité moins à marquer par une formule qu’à trouver la bonne approche. Ce qui, sans jouer sur les mots, est aussi un art de l’accroche. La prise de contact est toujours un moment délicat, crucial. On ne peut que conseiller d’y rester à la fois préparé et spontané, tout en coupant court aux circonlocutions pour aller de la façon la plus directe vers la vraie rencontre. Pour y parvenir, jetez des ponts entre votre univers et celui de la personne à laquelle vous vous adressez, conciliez-les en manifestant votre ouverture d’esprit et votre écoute. Si l’on écoute toujours une bonne histoire, on n’accepte pas de l’entendre dans n’importe quelles conditions.

Restez visible

La dimension “marketing de soi” est essentielle pour travailler et renforcer son réseau. Il faut dès lors se montrer le plus actif possible sur les réseaux sociaux professionnels.
Matthieu Mennessier, CEO de MySphere, suggère ainsi de bien renseigner son profil sur des réseaux tels que Linkedin ou MySphere : précisez vos expériences et n’oubliez pas d’accorder une attention particulière aux mots-clés (avec vos compétences sous forme de tags), pour être aisément identifié par l’algorithme et remonter dans les recherches des utilisateurs. C’est véritablement, avant que l’on vous rencontre dans la « vraie vie », la première vitrine de votre marque.

Vous avez une belle plume et du contenu pertinent à partager ? Hâtez-vous, le moment est venu de mettre à profit ce talent ! Vous pouvez devenir une référence dans un domaine qui vous définit, en publiant un contenu qui vous publie tout autant. Medium est alors un outil très efficace, et une stratégie existe qui a fait ses preuves dans ce domaine : publiez une partie d’un article sur Twitter et la totalité sur Medium, afin de “teaser” et d’amener l’audience sur une source principale unique. Twitter se révèle en effet un réseau opérant et intensément fréquenté par la cible professionnelle.
Il a aussi l’avantage de signaler votre degré d’activité et de vigilance sur les actus, si vous ne vous sentez pas l’âme d’un rédacteur accompli. Dans un même ordre d’idée, n’hésitez pas à live-tweeter lors d’événements que vous avez ciblés. Les chances sont grandes que les organisateurs et intervenants repèrent vos posts, et la visibilité recherchée n’en sera que meilleure.

Cultiver l’ouverture d’esprit avec le networking

Lors de déplacements ou de voyages, l’occasion se présente souvent d’échanger avec de nouvelles têtes, de se confronter à d’autres points de vue et d’autres parcours. Le genre de collisions qui peuvent amener la bonne inspiration. Sans réduire cette dernière à l’imitation, elle se nourrit toujours d’épiphanies et d’observations. Face à des réalités différentes, des pensées divergentes, hors cadre, des opportunités ignorées ou impensées jusque-là affleurent. L’intuition stimule la raison. Le networking consiste aussi en cela : un rappel constant que cette source d’enrichissement est vitale, et un encouragement permanent à conserver son ouverture d’esprit.

Le networking, pour s’inspirer et inspirer

Découvrir des personnalités qu’on admire ou au personal branding atypiques rencontrer ceux dont vous enviez les carrières et leur demander comment ils ont fait pour y parvenir, voilà une inépuisable source d’inspiration. De même qu’un auteur se forme à l’école de ses admirations de lecteur, ou qu’un entrepreneur prend courage en s’appuyant sur les exemples de pionniers, on se forme à l’école de ces rencontres, dont on ressort avec des idées neuves et des projets. Les éducateurs évoquent souvent les barrières mentales que se fixent certains enfants, du fait de leur milieu, et la facilité avec laquelle on peut les en débarrasser en les amenant à rencontrer des gens exerçant une profession qu’ils estimaient hors de leur portée. Plus rien n’est hors de portée lorsqu’on se rend compte que l’on peut suivre des modèles, et qu’accomplir soi-même ce genre de trajectoire est possible.

Le networking provoque ces instants décisifs, qui ne deviennent pas pour autant des exercices d’admiration. Gardez confiance en vous, développez votre marque, votre histoire, et maintenez une relation la plus équilibrée possible : après tout, votre interlocuteur a souvent autant à apprendre de vous, que vous de lui !

FacebookLinkedInTwitter

Vos commentaires Tous champs obligatoires